Trois poèmes de Marianne Moore
Traduction Nicolas Vatimbella

The Past is the Present


If external action is effete
    and rhyme is outmoded,
         I shall revert to you,
    Habakkuk, as on a recent occasion I was goaded
         into doing by XY, who was speaking of unrhymed
                       Verse.
This man said – I think that I repeat
     his identical words:
         “Hebrew poetry is
    prose with a sort of heightened consciousness." Ecstasy
                      affords
         the occasion and expediency determines the form."

 

To a Snail


If " compression is the first grace of style, "

you have it. Contractility is a virtue

as modesty is a virtue.

It is not the acquisition of any one thing

that is able to adorn,

or the incidental quality that occurs

as a concomitant of something well said,

that we value in style,

but the principle that is hid:

in the absence of feet, " a method of conclusions " ;

" a knowledge of principles, "

in the curious phenomenon of your occipital horn.


 

Poetry


I too, dislike it: there are things that are important beyond        all this fiddle.

   Reading it, however, with a perfect contempt for it, one          discovers that there is in

   it after all, a place for the genuine.

     Hands that can grasp, eyes

     that can dilate, hair that can rise

          if it must, these things are important not because a


high-sounding interpretation can be put upon them but                                                                                         [because

     they are

  useful; when they become so derivative as to become               unintelligible, the

  same thing may be said for all of us—that we

     do not admire what

     we cannot understand. The bat, 

          holding on upside down or in quest of something to


eat, elephants pushing, a wild horse taking a roll, a tireless               wolf under

  a tree, that feels a flea, the base-

  ball fan, the statistician—case after case

     could be cited did

     one wish it; nor is it valid

          to discriminate against “business documents and


school-books”; all these phenomena are important. One                                                                                               [must

     make a distinction

  however: when dragged into prominence by half poets,

     the result is not poetry,

  nor till the autocrats among us can be

     “literalists of

     the imagination”—above

          insolence and triviality and can present


for inspection, imaginary gardens with real toads in them,               shall we have

  it. In the meantime, if you demand on the one hand, in                                                        [defiance of their opinion—

  the raw material of poetry in

      all its rawness, and

      that which is on the other hand,

           genuine, then you are interested in poetry.

Le passé est le présent


Si l’action extérieure est décadente
   et la rime démodée,
      je reviendrai à toi,
   Habacuc, comme j’y fus récemment incitée
      à le faire par XY, qui parlait du poème sans
              Rime.
Cet homme disait – je crois que je répète
   ses mots à l’identique ;
      « La poésie hébreuse est
   de la prose avec une sorte de conscience intensifiée. « L’extase
            permet
   l’occasion et l’opportunité détermine la forme.»

 

 

À un escargot
 

Si « la compression est la première grâce du style, »
tu la possèdes. La contractilité est une vertu
de même que la modestie est une vertu.
Ce n’est pas l’acquisition d’une de ces choses
apte à orner,
ou la qualité fortuite qui survient
comme la concomitante de quelque chose de bien dit,
que nous valorisons dans le style,
mais le principe qui est caché :
dans l’absence de pieds, « une méthode de conclusions » ;
« une connaissance des principes, »
dans le curieux phénomène de ta corne occipitale.

Poésie


Moi aussi, je la déteste : il y a des choses plus importantes
          que ce traficotage.
     En en lisant, pourtant, avec un mépris total pour elle, on
          découvre qu’il y a en
     elle après tout, un endroit pour l’authentique.
          Des mains qui peuvent saisir, des yeux
          qui peuvent se dilater, des cheveux qui peuvent pousser,
                 s’il le faut, ces choses sont importantes non parce qu’une


interprétation grandiloquente peut en être donnée mais parqu’
          elles sont
     utiles ; lorsqu’elles deviennent si dérivées qu’elles en deviennent
          inintelligibles, on
     peut dire la même chose de nous tous – que nous
          n’admirons pas ce que
          nous ne comprenons pas. La chauve-souris
               pendue tête en bas ou en quête de quelque chose à

 

manger, des éléphants qui poussent, un cheval sauvage qui se roule                                                                                           [dans l’herbe, un
     loup infatigable sous
  un arbre, l’inamovible critique scintillant sa peau tel un cheval
     que pique une puce, le fana-
   tique de base-ball, le statisticien – on pourrait
     citer un cas après l’autre si
     on le voulait ; ni n’est-il valide
          de faire de la discrimination envers « les documents                                                                                            [commerciaux et


les livres d’école » ; tous ces phénomènes sont importants. On doit
     faire la distinction
   néanmoins : lorsque traînée à la proéminence par des demi-poètes,
      le résultat n’est pas de la poésie,
   ni jusqu’à ce que les autocrates parmi nous puissent être
      « des littéralistes de
      l’imagination » - par-dessus
          insolence et trivialité et peuvent présenter


à l’inspection, des jardins imaginaires contenant des crapauds réels,
      ne pourrons nous
   l’avoir. Entretemps, si vous exigez d’une main, au mépris de leur                                                                                                      [opinion –
   le matériau cru de la poésie dans
     toute sa crudité, et
     ce qui est de l’autre main,
          authentique, alors vous êtes i
ntéressé par la poésie.

 

En écho à Im groꞵen Gelausche, de Franck Yeznikian

 

Du liegst... 

Paul Celan, Schneepart, I. (1971)

Traduit par Stefan Zauberer 

Tu reposes dans la grande écoute,

embusqué, en flocon.

 

Vas à la Spree, vas à l'Havel,

vas aux crocs de boucher,

aux reconnaissantes pommes rouges

de Suède -

 

Vient la table avec les offrandes,

il contourne un Eden -

 

L'homme aura été un crible, la femme

devait nager, la truie,

pour soi, pour aucun, pour chacun -

 

Le canal du Landwehr ne grondera.

Rien

        tarit.

 

Du liegst im groꞵen Gelausche,

umbuscht, umflockt.

 

Geh du zur Spree, geh zur Havel,

geh zu den Fleischerhaken,

zu den roten Äppelstaken

aus Schweden -

 

Es kommt der Tisch mit dem Gaben,

er biegt um ein Eden -

 

Der Mann ward zum Sieb, die Frau

muꞵte schwimmen, die Sau,

für sich, für keinen, für jeden -

 

Der Landwehrkanal wird nicht rauschen.

Nichts

          stockt.